Pages

Categories

Search

L’incubateur : nouveau modèle d’innovation pour les grandes entreprises

L’incubateur : nouveau modèle d’innovation pour les grandes entreprises

Les incubateurs, nouveau concept à la mode ? Pas tout à fait. L’incubateur va bien au-delà de la tendance et Xavier Niel l’a bien compris avec la création du plus grand incubateur de France : « Station F ». Comme le prouve le fondateur de Free, les grandes entreprises ont aussi leur rôle à jouer dans le développement de nouveaux concepts. Et ce ne sont pas les jeunes créateurs qui vont les bouder. Pour preuve, 47% des start-ups ont déjà développé un partenariat avec une grande entreprise.

Pour la start-up, l’intérêt d’une collaboration est assez clair :  amélioration de la notoriété, augmentation des moyens, accroissement de la légitimité, etc. Mais pourquoi les grandes entreprises s’investissent auprès des jeunes pousses ?

Gagner en agilité

Grâce à son équipe réduite, à son accent sur les nouvelles technologies ou à une pensée plus libre, la start-up 2.0 est bien plus flexible que le grand groupe. Fondée par la Génération Y, celle-ci fait le choix d’absorber les caractéristiques de ses collaborateurs : maniabilité, flexibilité et créativité.  Un trio gagnant pour une entreprise agile.

Sans filet de secours, la start-up est aujourd’hui contrainte de se mouvoir aussi rapidement que le monde. Ouverte sur l’internationale, elle n’hésite pas à profiter de son écosystème riche en matière grise : fablabs, incubateurs, pouponnière, etc. Si elle sait être agile pour elle-même, elle est en tous points capable d’enseigner le principe aux grands groupes qui peuvent manquer de souplesse.

La start-up en pleine croissance a ainsi accès à différents incubateurs :

 

Investir dans l’avenir avec les incubateurs

Pourquoi les principes économiques se nomment aujourd’hui d’après les start-ups et non d’après les multinationales (pensons à « uberisation ») ? Parce que ce sont les jeunes entreprises d’aujourd’hui qui incarnent les modèles de demain.

À travers des incubateurs (à l’instar de Microsoft) les grands groupes peuvent aujourd’hui facilement placer leurs pions dans des start-ups proches de leurs domaines de compétences, voire concurrentes. Prenons un exemple : Nalo est une start-up qui accompagne les particuliers dans la gestion de leur patrimoine et de leur investissement. Le Crédit Agricole, plutôt que de voir cette start-up comme une concurrente, a décidé de l’accueillir dans son incubateur “Le Village by CA”. Elle lui apporte des partenaires, des experts et un lieu d’échanges. Pour le bien des deux parties : diversifier les moyens du Crédit Agricole et offrir à Nalo une chance de se développer.

Pour les start-ups, comment se déroule l’intégration au sein d’un incubateur ?

L’incubateur de start-up : le meilleur moyen de dépasser ses limites

Sans innovation, les grandes entreprises Tech de la Silicon Valley n’auraient jamais vu le jour. Il est donc essentiel qu’elles entretiennent ce feu, ce qui est plus difficile dès lors que l’entreprise grandit.

Quel que soit son potentiel innovant, le grand groupe a tout intérêt à travailler avec la start-up main dans la main. Le partenariat en Open Innovation est aujourd’hui le modèle le plus porteur. Ce n’est pas pour rien que VINCI ou EDF ont déjà lancé leur structure d’accompagnement. Coupler les moyens d’une multinationale avec les idées d’une jeune entreprise ne peut qu’accélérer le développement, et donc, le chiffre d’affaires. Développer un concept, comparer les méthodologies, effectuer un benchmarking de terrain : les opportunités sont bien plus vastes qu’on ne pourrait le croire.

Le modèle d’incubateur a de beaux jours devant lui. Surtout quand on sait que les centres de formations proposent des incubateurs. emlyon business school se place en pôle position grâce à son incubateur et forme les talents de demain. L’Open Innovation est également bien présente à travers le Parcours I.D.E.A. qui incorpore les forces d’emlyon business school et de CENTRALE LYON. Des jeunes managers ouverts à la collaboration et l’échange d’idées seront les pilotes du partenariat start-up/grand groupes à l’avenir, en France, comme à l’étranger.

 

 

Les clés d’un projet réussi, témoignages des étudiants

« Au début de notre projet, nous avons été accompagnés par Alexander Bell, responsable du programme Start-up de l’incubateur emlyon business school. Cela nous a permis de nous poser les bonnes questions et de formaliser des concepts avec une démarche orientée business. C’est très important d’avoir ce regard extérieur sur un projet. »

Rémi-Jean Berger et Yacine Rémini, diplômés du Programme Grande Ecole – Parcours I.D.E.A., Fondateurs de Medeo

 

Dès la 2ème année du Parcours I.D.E.A nous avons rejoint l’incubateur emlyon business school et 3 semaines par mois nous étions libres de développer notre propre projet. C’était une expérience très intéressante qui nous a permis de voir l’importance d’un réseau et d’un soutien solide. Un entrepreneur bien entouré c’est un projet bien incubé, quelque soit sa formation initiale.

Mathieu Gelier, diplômé du Programme Grande Ecole – Parcours I.D.E.A., Fondateur de MakerTour

Google Analytics Alternative