Pages

Categories

Search

L’approche Design Thinking

L’approche Design Thinking

by Magali Vaccon
12 avril 2016
Les étudiants, Non classé
No Comment

L’Ecole Centrale de Lyon et emlyon business school ont mis en place le 1er programme en innovation entrepreneuriale : le Programme I.D.E.A pour Innovation, Design, Entrepreneurship & Arts. Celui-ci vise à former les entrepreneurs de l’innovation, agiles dans les environnements complexes sachant tirer le meilleur parti de la globalisation selon les critères d’un développement humaniste et durable. Le but est de former des idéacteurs, à savoir des managers capables d’entreprendre à partir d’une idée innovante.

En effet, les entreprises n’ont d’autre choix que d’innover en permanence pour répondre à des marchés toujours plus exigeants. L’idée même de l’innovation implique une optimisation continue, dont la rentabilité est bien souvent tributaire. Dans ce contexte où l’innovation est nécessaire, on parle désormais de Design Thinking : un concept qui marie la méthodologie des designers aux autres métiers de l’entreprise. Ce concept est au cœur du Programme I.D.E.A.

Trois prérequis au Design Thinking

L’approche méthodologique du Design Thinking repose sur un triptyque vital à son bon déroulement. Chaque prérequis implique de nombreuses questions que l’organisation doit être en mesure de se poser avant d’investir davantage dans le projet.

  • La désirabilité. La demande est-elle manifeste ? Les acteurs et consommateurs sont-ils friands de ce développement ?
  • La faisabilité. D’un point de vue technologique et organisationnel, le projet peut-il être mené à bien ? La structure dispose-t-elle des ressources (financières, matérielles, main d’œuvre, etc.) nécessaires à l’accomplissement de ce projet ?
  • La viabilité. Le projet a-t-il le potentiel économique de couvrir les ressources mises en œuvre pour son aboutissement ? Ce calcul peut concerner aussi bien du chiffre d’affaires potentiel que des gains de productivité permettant à l’organisation d’être plus efficace et rentable.

Une fois ces trois prérequis honorés, il est alors possible de mettre en place la méthodologie.

Un processus critique

L’approche se fait en 5 étapes distinctes :

  • Phase 0 – Veille et Exploration.
    La compréhension complète du sujet est vitale. Cette compréhension repose sur l’observation (des utilisateurs et de leurs comportements), et l’engagement avec les différentes parties prenantes (de manière à faciliter la récupération formelle ou informelle d’informations clés). Cette veille s’effectue dans des domaines variés tels que l’art, le design, les sciences sociales et humaines, la philosophie, la technologie, le business etc…).
  • Phase 1 – Elaboration des Hypothèses.
    Pour ce faire, après avoir amassé un certain volume d’information lors de l’étape 0, la définition du périmètre est primordiale. Cette dernière permet de cadrer le problème à tacler, et d’hypothétiser sur les solutions envisageables.
  • Phase 2 – Expérimentation et Evaluation.
    Bienvenue dans la phase la plus créative du processus. Le but de cette étape est de générer des idées, tel un designer, triées ensuite selon leur pertinence.
  • Phase 3 – Intégration et Finalisation.
    Voici ensuite l’étape de prototypage. Sans y passer trop de temps, l’objectif de cette étape est de construire un prototype, avec l’utilisateur au cœur des priorités, mais devant être testable le plus rapidement possible. Il s’agit ici de valider les phases précédentes et itérer grâce à l’utilisation d’un prototypage rapide.
  • Phase 4 – Valorisation et déploiement
    C’est l’étape ô combien indispensable du test. L’idée est de mettre le produit dans les mains de ses utilisateurs (sans nécessairement en expliquer le fonctionnement), et de créer de nouvelles expériences pour ses mêmes utilisateurs. En d’autres termes, confronter un business model à la réalité et monitorer une intégration d’un produit dans un écosystème.

À noter que nous faisons état ici d’un processus. Contrairement à un projet, qui représente une succession complexe d’actions définies dans le temps, le processus implique la récurrence. De fait, il est vital de réinitier ce processus en continue, de façon à faire évoluer le produit en permanence, et qu’il reste au plus près des attentes du marché.

Design Thinking, Innovation et Entrepreneuriat ?

Vous l’aurez compris, le fondement du Design Thinking repose sur la reformulation d’un problème, ou la requalification d’une question. Ses applications peuvent être très nombreuses. Qu’il s’agisse d’innovations incrémentales produit, de challenger les valeurs de la société, son organisation, son mode de fonctionnement, etc. le Design Thinking déclenche l’innovation.

Cette innovation va, à son tour, engendrer un certain nombre de choses. On peut parler de nouvelles entreprises dans le cas d’innovation ex-nihilo, mais souvent au sein d’une structure existante, de proposer de nouveaux business models.

En cela, le Design Thinking est très lié à l’entrepreneuriat : il crée le cadre permettant la création, l’innovation, et les développements futurs de produits ou services. De la même manière, le Design Thinking est un élément moteur de l’intrapreneuriat, soutenant la compétitivité des entreprises par l’innovation.

Le Design Thinking au cœur de la pédagogie du Programme I.D.E.A

Les enseignements sont tournés vers 2 points principaux :

  1. Les enseignements théoriques que l’on peut qualifier de « classiques ».

Il s’agit d’enseignements portant sur les bases même du Design Thinking, à savoir : arts, sciences humaines et sociales, sciences dures et entrepreneuriat. Ces enseignements sont croisés tout au long de l’année.

  1. Le mode projet en groupe, au cœur de la pédagogie et de la méthodologie du design thinking.

Le mode projet est scindé en 4 modules :

– P0 (individuel) apprentissage de la création d’un produit « simple », de penser la forme et la fonction, d’apprendre les notions de prototypage et intégration de la notion projet.

– P1 (groupe) projet permettant de créer une installation artistique, ou l’apprentissage de la veille (point clés du design thinking), de sa capacité à dépasser les prérequis.

– P2 (groupe) Projet long qui développe toute la méthodologie du Design Thinking autour de la création d’un produit ou service innovant.

– P3 (individuel ou binôme) projet d’innovations sociales dans un pays émergent, dimension interculturelle.

Google Analytics Alternative